Gregg Saretsky, pdg de WestJet

Quittez vos fonctions, vous n'avez pas protégé vos employées

Quittez vos fonctions, vous n'avez pas protégé vos employées

39 182 signatures
10 818 signatures jusqu’à 50k

***Mise à jour le 15 décembre 2017 : WestJet vient de perdre sa tentative de faire annuler le recours collectif devant la Cour suprême de la Colombie-Britannique ! Cette affaire peut aller de l'avant. La tentative de WestJet de réduire les femmes au silence prouve une fois de plus que le PDG doit être tenu responsable. Signez la pétition maintenant. 

***Mise à jour le 6 novembre 2017 :  Cette semaine, WestJet tente d'obtenir l'annulation d'un recours collectif contre elle, soutenant que les tribunaux ne sont pas l'endroit approprié pour les plaintes d'agression sexuelle et de harcèlement déposées par des employées. C'est grotesque pour une entreprise qui n'a pas réussi à protéger les agents de bord et qui a congédié ceux qui ont pris la parole. Ajoutez votre nom à la pétition maintenant. 

***Mise à jour du 23 mars 2016: Notre campagne a été reprise par plusieurs journaux et nous avons déjà eu un impact considérable! Nous avons rendez-vous avec la direction et le pdg de WestJet pour une entrevue concernant cette campagne aujourd'hui. 


Avertissement: la lecture de ce texte pourrait être très éprouvante puisqu'il traite d'agression sexuelle.



Un pilote de WestJet a agressé sexuellement Mandalena Lewis, une ex-agente de bord, alors qu'elle était au travail. Lorsqu'elle l'a signalé, la direction ne l'a pas protégée — elle a été renvoyée. Elle rend maintenant publiques ces terribles allégations.

Mais Mandalena n'était pas la seule.
Elles seraient jusqu'à une douzaine de femmes à avoir été agressées, harcelées et violées, principalement par des pilotes — et leur employeur, WestJet, n'a rien fait pour les aider ou les protéger.

C'est pour cette raison que Mandalena a choisi de faire ce qu'elle n'aurait jamais cru faire: elle poursuit WestJet.

Signez la pétition demandant au pdg de WestJet de quitter ses fonctions immédiatement et de s'assurer que les accusations de viol et d'agression sexuelle fassent l'objet d'une enquête approfondie.

Cette situation est un exemple de négligence flagrante de la part de l'entreprise.
WestJet œuvre littéralement dans le domaine de la sécurité. La compagnie transporte chaque année des millions de personnes de manière sécuritaire d'un bout à l'autre du pays et de la planète, mais elle n'a pas protégé ce qu'elle transportait de plus précieux.

La décision de signaler l'incident n'a pas été facile à prendre pour Mandalena. Pour comprendre, il suffit de jeter un coup d'oeil à la couverture médiatique dont font l'objet les autres femmes qui ont affirmé publiquement avoir été agressées par des personnalités de renom. Le système n'a pas été conçu pour protéger les victimes:
celles qui se manifestent subissent souvent menaces, harcèlement et doivent vivre avec la tendance que nous avons à rejeter le blâme sur la victime.

Sauf qu'ensemble nous pouvons nous assurer que Mandalena ne subisse pas le même sort.
WestJet est une société cotée en bourse et l'une des entreprises les plus connues au Canada. Elle se préoccupe de ce que les gens en pense et donnera suite à nos récriminations si nous passons tous et toutes à l'action dès maintenant.

Signez la pétition qui demande au pdg de WestJet de quitter ses fonctions immédiatement et de prendre des mesures d'urgence pour enquêter en profondeur sur les accusations de viol et d'agression sexuelle.

WestJet se classe systématiquement parmi les meilleurs employeurs au Canada et a
engrangé, rien que l'année dernière, des revenus de 4 milliards de dollars. L'entreprise est aussi très sensible aux pressions exercées par la population parce qu'elle célèbre son 20e anniversaire.

Aucune femme ne devrait avoir à subir de harcèlement, sous quelque forme que ce soit, sur son lieu de travail. Pas dans cette compagnie. Ni dans n'importe quelle autre.
Et WestJet devrait le savoir. WestJet peut faire mieux.

Nous demandons au pdg de quitter ses fonctions parce qu'en bout de ligne, c'est lui qui doit être tenu responsable pour la gestion catastrophique de la situation. Il faut remonter jusqu'au sommet et créer un précédent. Il doit être clair que jamais le harcèlement et les agressions ne sont acceptables, et que
les répercussions sont réelles pour les compagnies qui ne protègent pas les membres de leur personnel.

Ç'a pris un courage immense à Mandalena pour qu'elle prenne la parole publiquement. Tenons-nous debout à ses côtés et assurons-nous que le silence soit maintenant brisé.

Si SumOfUs existe, c'est pour s'assurer que les entreprises rendent des comptes à la population. Si nous démontrons une opposition publique de masse —et notre solidarité envers Mandalena—, WestJet sera obligée de rendre des comptes et ne pourra plus jamais ignorer l'une de ses employées.

Exigez que Gregg Saretsky, le pdg de WestJet, quitte immédiatement ses fonctions et s'assure que les accusations de viol et d'agression sexuelle fassent l'objet d'une enquête approfondie.



P.S.: La lecture de texte peut avoir été éprouvante. Si vous subissez ou avez subi de la violence sexuelle ou que vous connaissez une personne pour qui c'est le cas, voici un lien qui propose des ressources vers lesquelles vous pouvez vous tourner pour obtenir de l'aide.



Concernant la poursuite

Une poursuite a été intentée à la Cour suprême de la Colombie-Britannique le 1er mars 2016. La demanderesse, Mandalena Lewis, était agente de bord chez WestJet de 2008 à 2016. Selon sa plainte, elle a été agressée en janvier 2010 par un pilote également à l'emploi de WestJet. Elle a immédiatement rapporté l'incident à son copilote, à la direction et aux autorités policières où l'agression présumée se serait déroulée.

D'après les prétentions de Mme Lewis, WestJet a omis d'enquêter ou de donner suite au signalement de l'agression. WestJet aurait retiré au pilote la capacité d'effectuer des vols vers l'endroit où l'agression s'est produite, empêchant par conséquence les autorités locales d'intenter une poursuite pour agression.

WestJet s'est efforcé de structurer l'horaire de travail de manière à ce que le pilote et la demanderesse n'aient pas à travailler ensemble. Elle s'est fait dire de ne pas faire de bruit au sujet de l’incident.

En août 2015, elle a rencontré une autre agente de bord à l'emploi de WestJet qui prétendait avoir été agressée par le même pilote en 2008. WestJet aurait incité cette femme aussi à taire l'incident, et n'aurait pris aucune mesure disciplinaire à l'égard du pilote.

Selon la poursuite, ceci signifie que WestJet aurait eu connaissance d'une autre agression deux ans avant l'agression présumée de Mandy, et que l'entreprise aurait omis de retirer le pilote du milieu de travail ou d'imposer des conditions relativement à son emploi qui auraient protéger des employées comme la demanderesse.

La poursuite soutient que lorsque WestJet a plus tard mis fin à l'emploi de Mandalena, il s'agissait de représailles pour avoir tenté de comprendre les circonstances qui ont mené à son agression et de s'assurer que WestJet respectait son propre engagement de protéger la sécurité de son personnel.

Selon le code de conduite de WestJet (son «Business Code of Conduct», traduit ci-dessous de l'anglais), qui établirait les conditions de travail de son personnel:

a. WestJet est déterminé à offrir à son personnel un milieu de travail sécuritaire et respectueux de tous et de toutes;
b. le harcèlement inclut l'agression sexuelle, les contacts physiques gratuits ou importuns et tout autre action qui peut, pour des motifs raisonnables, être interprétée comme offensante ou irrespectueuse;
c. personne n’a le droit de harceler qui que ce soit au travail ou dans tout contexte lié au travail;
d. WestJet donnera rapidement suite à toutes les plaintes formulées et s'engagera à y apporter une solution rapide et équitable;
e. WestJet imposera des sanctions (y compris le congédiement) à tout membre du personnel qui contrevient à ces règles;
f. toute personne qui exerce des représailles à l'endroit d'une personne qui a logé une plainte se verra imposer des sanctions.

Dans sa poursuite pour congédiement injustifié et rupture de contrat, Mandalena soutient que l'entreprise n'a pas offert un milieu de travail sécuritaire.


Plus d’informations